mercredi 10 janvier 2018

Le crime de l'Orient-Express, d'Agatha Christie


Auteur.trice.s : Agatha Christie
Traducteur.trice.s : Jean-Marc Mendel
Éditeur.trice : Hachette
Collection : Agatha Christie
Pages : 316
Date de parution : 2004
Genre.s : Policier

Synopsis : Alors qu'il rentre de mission et compte s'arrêter quelques jours à Istanbul, Hercule Poirot est rappelé d'urgence à Londres. On est en hiver et à cette époque de l'année, l'Orient Express roule habituellement quasiment à vide. Pourtant, sans l'aide du directeur de la compagnie, Hercule Poirot n'aurait pas trouvé de place à bord, comme si tous les voyageurs s'étaient donné rendez-vous dans ce train ! Dès la première nuit, un homme est assassiné. Le train est immobilisé par la neige qui empêche l'assassin de s'enfuir. Dans les wagons isolés du reste du monde, Hercule Poirot, au sommet de son art, mène l'enquête. Et ce ne sont pas les pistes qui manquent !

Mon avis : Je n'avais jusque là jamais découvert Agatha Christie, bien qu'une dizaine de ces livres traînaient dans ma pile à lire depuis plusieurs années. La sortie au cinéma de celui-ci m'a encouragée à m'y mettre ! 

J'ai ainsi fait la connaissance de l'enquêteur Hercule Poirot, qui ici rentre d'Istanbul et prend le l'Orient Express, qui cette fois est bondé. Heureusement, notre héros va parvenir à obtenir une place dans le train... Mais la première nuit, un homme va être assassiné, et le train bloqué par la neige. Le meurtrier est donc encore dans l'un des wagons... mais qui est-ce ? 

Un à un, nous allons recevoir des indices - si énormes qu'ils laissent penser qu'ils ont été posés là exprès, afin de désigner un faux coupable - et essayer de démêler le vrai du faux. Heureusement qu'Hercule Poirot s'est retrouvé là ! L'esprit fin et brillant, il va interroger un à un les personnes suspectées... 

La plume d'Agatha Christie est agréable, fluide, et je me suis laissée porter par l'histoire. Bien que ce livre ait été écrit il y a longtemps, l'écriture reste très accessible. Il y a juste la manière de parler des personnages (étant donné l'époque à laquelle l'histoire se situe) qui est très différente de la notre, mais ça m'a plu et absolument pas dérangée. En revanche, quelques clichés m'ont un peu embêtée (notamment sur ce qui était dit des italiens), et je ne savais pas bien quoi en penser.

Je n'ai absolument pas deviné la fin, c'était plutôt bien construit... mais j'ai trouvé que c'était trop vite expédié pour ce qui était des explications. Pendant 300 pages, nous avons une enquête très mystérieuse et intéressante, et la rapidité des événements à la fin a gâché un peu le tout. 

Malgré ce bémol, j'ai passé un excellent moment de lecture, et c'est un livre parfait pour le Cold Winter Challenge.

15/20

mardi 2 janvier 2018

Atomka, de Franck Thilliez



Auteur.trice.s : Franck Thilliez
Éditeur.trice : Pocket
Collection : Thriller
Pages : 606
Date de parution : 2013
Genre.s : Thriller

Synopsis : URSS, 1986. Hommes, terres, bêtes... l'atome a tout ravagé. Mais de Tchernobyl vient de s'échapper un mal plus terrible encore...
Paris, 26 ans plus tard. La scène de crime n'est pas banale : un journaliste mort de froid, enfermé dans son congélateur. À quoi travaillait-il ? Franck Sharko et Lucie Hennebelle, de la Crim', remontent la piste... Elle les mènera au cœur de l'enfer, là où, au nom de la science, l'avenir s'écrit en lettres de sang. 

Mon avis : Encore une fois, Franck Thilliez a su m'épater avec son roman ! Atomka est le troisième des aventures - réunies - de Franck Sharko et Lucie Hennebelle, deux flics de la Crim', qui ont une relation parfois compliquée et un passé douloureux. Cette fois, le duo enquête sur le meurtre d'un journaliste enfermé dans son congélateur... et, d'un autre côté, quelqu'un semble s'attaquer personnellement à Sharko... 

Le gros plus de ce livre, c'est la petite piqûres de rappel - un peu douloureuse, il est vrai - sur Tchernobyl et la radioactivité toujours présente des années après... et sur les recherches scientifiques menées par Franck Thilliez pour mener à bien ce livre, probablement l'un des plus fouillés de l'auteur que j'ai pu lire jusqu'à présent. 

Encore une fois, nous nous retrouvons face aux deux flics - qui sont les personnages principaux - dans une sale situation (puisque quelqu'un semble les avoir pris en chasse) et dans une enquête complexe, difficile à démêler. C'est ce que j'aime chez Thilliez : ces romans sont efficaces et intéressants. 

En revanche, à force d'en lire, j'ai compris comment se déroulait son scénario, et j'ai tendance à trouver certaines choses redondantes. C'est un peu dommage, mais je vais peut-être laisser plus de temps avant de continuer ma lecture de cette petite saga... 

Malgré ce petit bémol, je suis très contente de cette lecture. J'ai passé un bon moment, j'ai appris des choses et j'étais vraiment à fond dans l'histoire. 

15/20

jeudi 28 décembre 2017

Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, de Titiou Lecoq



Auteur.trice.s : Titiou Lecoq
Éditeur.trice : Fayard
Pages : 236
Date de parution : 4 octobre 2017
Genre.s : Essai

Synopsis : « Un jour, je me suis demandée : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule.
Être une femme, ce n’est pas seulement l’idéal de minceur et de cheveux qui brillent, c’est le souci permanent des autres et du foyer, c’est être sans cesse ramenée à la saleté, aux taches, à la morve. L’égalité serait déjà là, mais les femmes conservent la conviction intérieure qu’elles doivent s’occuper de tout et tout le monde, et d’elles en dernier, s’il reste cinq minutes à la fin de leur triple journée.
Cette féminisation de la sphère privée implique une autre conséquence : l’espace public est toujours masculin. Peut-on se dire égaux quand la moitié de la population adapte ses vêtements en fonction des transports et fait attention à ne pas être seule la nuit dans la rue ? Et si le combat féministe devait encore et toujours se jouer dans la vie quotidienne de chacune et chacun, chez soi, dans sa propre maison, devant le panier de linge sale ?

Mon avis : Pour la première fois, je lis un livre de Titiou Lecoq et c'est une bonne découverte puisque je la débute avec un essai féministe. Un peu différent de ce que nous pouvons voir habituellement, nous allons parler ici des tâches ménagères...! 

Ne fuyez pas ! Nous avons ici un livre qui aborde des tas de sujets différents : l'espace public, le harcèlement de rue, la charge mentale, l'inégalité salariale... Tout en se basant sur des sources et des statistiques, l'autrice nous explique en quoi la mauvaise répartition des tâches ménagères influence et renforce le sexisme. 

Et, surtout, cela fait réfléchir, même pour les personnes plus ou moins déconstruites - ce que je pense être. Quand bien même nous tentons d'instaurer des règles afin que chacun.e participe tout autant à la propreté du foyer, des inégalités persistent... ne serait-ce que parce que c'est souvent la femme (dans les couples hétéros, j'entends) qui porte la charge mentale.  

Titiou Lecoq a réussi à dire ce que je pensais et que je ne sais pas toujours exprimer. Tout en gardant un trait d'humour (en appelant par exemple son mari "Monsieur Chaussette", parce que ce dernier les laisse traîner), elle a su aborder une vérité qui n'est pas si simple à entendre. Féministe depuis des années, j'ai réussi à faire réfléchir mon copain sur le sujet, et cette lecture a été pour moi l'occasion d'aborder avec lui la charge mentale (et les chaussettes qui peuvent être laissées par terre). 

En somme, c'est un essai qui nous fait cogiter et permet de réfléchir aux situations de la vie quotidienne et à notre propre foyer. Selon moi, tout le monde devrait le lire, et le Monde irait déjà un peu mieux.

17/20